La nature est parfaite – Pause Réflexion 15


Pensez-vous vraiment qu’un écureuil se demande si le gland qu’il enterre produira un beau chêne ?
 
Il reproduit seulement un comportement qui a assuré la survie de son espèce pendant des millions d’années. Le code originel de sa création est inscrit dans les cellules de tous les individus de son espèce. Il ne perd pas son énergie en comportements futiles et vides de sens.
 
Une vie axée sur la consommation de masse et la propriété de biens détruit la Terre à la vitesse grand V. Cela menace l’équilibre de la planète et compromet le vivre ensemble des générations futures. D’autant plus qu’un tel mode de vie est loin de garantir le bonheur. Au contraire, pour maintenir ces conditions de vie artificielles, il faut se livrer à de longues heures de travail dans un contexte totalement dénaturé et dans un cadre qui la plupart du temps reste très contraignant. Tout ça dans le but de maintenir cette illusion de bonheur que procure l’exotisme ou la possession de biens matériels.
 
Il n’y a pas si longtemps, la vie était très différente. Comme nous étions en lien constant avec la nature, notre nature profonde nous révélait notre mission et nous nous empressons de l’accorder avec les besoins de la collectivité. Si nous nous étions révélé être un chasseur et que la communauté en comptait suffisamment, une alliance avec un membre d’une autre tribu qui en avait besoin était conclue. Ainsi, un plus grand nombre de personnes profitaient de nos talents et un certain équilibre dans l’ensemble était préservé. Notre jugement n’était pas brouillé par toutes ses questions éthiques sur nos droits, nos racines, nos valeurs et notre sentiment d’appartenance à notre communauté, nous étions conscients de faire parti du genre un humain et toute action accomplie en conscience pour son salut était bénéfique. Cette harmonisation enrichissait et propulsait plus haut notre mission.